En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Culture in vitro
La Pépinière
La galerie Photo
Pour aller plus loin
Archives Nouvelles
+ Année 2018
+ Année 2017
 ↑  
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://invitrolab.fr/data/fr-articles.xml

Les orchidées du genre Ophrys sont endémiques des pays bordant la mer méditerranée. On en trouve jusqu'en Suède pour leur limite Nord et en Tunisie et au Maroc pour leur limite Sud.

Le genre est riche de plus de 200 espèces, dont une cinquantaine en France.

Sur le terrain, les Ophrys sont reconnaissables par des feuilles ovales à nervures parallèles réunies en rosette à la base d'une tige qui mesure de quelques centimètre chez Ophrys bombyliflora à plus de 40 cm chez certains spécimens d'Ophrys scolopax.

Cette rosette apparaît dès l'automne et a tendance à jaunir, voire à disparaître lorsque la hampe florale sort au printemps.

1. Leur appareil végétatif :

Les Ophrys sont  des plantes herbacées vivaces par un rhizome sympodique.

Les pousses rhizomateuses sont extrêmement courtes, pratiquement nulles, mais chacune d'elles se garnit d'un pseudo-tubercule, formé par un réseau de racines adventives tubérisées, complètement soudées entre elles, formant un pseudo-tubercule simple.

La photographie ci-dessous montre  la formation in vitro d'un pseudo-tubercule d'Ophrys reinholdii.

Pseudotubercules obtenus in vitro

Leurs racines vivent en symbiose avec un champignon du genre Rhizoctonia. A chaque espèce correspond une espèce de Rhizoctonia expliquant ainsi la difficulté - voire l'impossibilité de transplanter un Ophrys chez soi...

2. Leur appareil reproducteur :

Les fleurs des Ophrys sont remarquables par leur forte entomophilie, leur couleur et leur capacité à sécréter des phéromones pour attirer les insectes.

schéma d’une fleur d’Ophrys

En règle générale, les insectes visitent les fleurs pour récolter du nectar, du pollen...

Dans les cas des Ophrys, l'insecte va tout d'abord être attiré par l'odeur d'une phéromone normalement secrétée par la femelle de son espèce.

Ces substances chimiques, hautement volatiles, sont secrétées par plusieurs parties de la plante dont le labelle. Elles appartiennent à deux familles de composés chimiques, les alcanes et les alcènes.

Vous pouvez voir ici une analyse très intéressante de la nature et la composition de ces substances.

A proximité de la fleur, il va être à nouveau dupé par l'aspect de celle ci qui ressemble à la femelle de son espèce. Il va y avoir une pseudocopulation.

En fonction des espèces, l'insecte va se positionner soit la tête du côté de l'appendice du labelle, c'est le cas pour les Ophrys du groupe fusca (O. lutea, O. lupercalis..) on parle alors de Pseudophrys.

Ophrys lupercalis et Andrena nigroaenea

soit dans l'autre sens pour les Euophrys comme Ophrys marzuola ci dessous.

Ophrys marzuola et adrena sp

Glossaire

entomophilie

Littéralement "aimer les insectes".

On emploi ce terme en botanique pour désigner une plante dépendante des insectes pour assurer le transport de son pollen.


Date de création : 16/01/2017 14:11
Page lue 1100 fois

Recherche
 
Fermer
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 29 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Liens utiles
Visites

 80459 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Like Facebook